Johannesburg, la ville des rêves et des pioches

Au nord de l’Afrique du sud, Johannesburg étale ses contrastes. Avec plus de 4 millions d’habitants, elle est la plus grande du pays, la deuxième du continent africain et surtout un lieu qui ne laisse personne indifférent.

Autant chez les touristes que chez les locaux, il y a deux camps : ceux qui détestent son urbanisation galopante et bruyante et ceux qui vénèrent son dynamisme culturel. Johannesburg est un chaudron, un laboratoire où le quotidien est comme le passé, tranchant et vibrant.

Nous vous présentons ici la ville et vous orientons pour savoir que faire à Johannesburg qui sera à coup sûr un moment fort de votre autotour en Afrique du Sud.

Johannesburg, au commencement…

La ville de Johannesburg n’est qu’un camp de chercheur d’or en cette année 1886 mais la découverte d’un bout de métal brillant par un certain Georges Harrison va la propulser troisième ville du pays en seulement trois années. Un des plus grands gisements d’or de la planète est ainsi mis à jour et la nouvelle se répand si vite que des milliers d’aventuriers accourent de partout avec leurs rêves et leurs pioches. Le site est baptisé Johannesburg, du nom des inspecteurs des mines Johann Rissik et Johannes Joubert et il fera le bonheur des fortunes rapides et le malheur des mineurs ensevelis dans les profondeurs de la terre.

apartheid museum

Aujourd’hui, l’Afrique du sud domine toujours le marché de l’or (30% de la production mondiale) mais ses sous-sols renferment tant d’autres matières premières comme le diamant, le manganèse, le chrome, le charbon que le pays détient aujourd’hui et depuis toujours, un véritable atout économique.

Johannesburg est appelée encore « Egoli » (cité de l’or en Zoulou) et est la locomotive, le cœur battant du pays. Elle attire, entraine, élève ou piège. Les jeunes prodiges de la finance se retrouvent dans la première place boursière du continent et plus de 70% des entreprises nationales y ont leurs sièges. La périphérie nord (Sandton) a vu se déployer des lotissements sécurisés principalement habités par une population blanche fuyant le centre-ville, qui lui, fait figure de centre des affaires plutôt illégales. La périphérie sud a vu se développer «Soweto», le plus grand township (bidonville) du pays, témoin, victime et acteur de la lutte anti-apartheid.

La réputation d’une ville très dangereuse est à mesurer fortement. Si vous appliquez les règles de bons sens et de vigilance, comme dans n’importe quelle grande ville, vous pourrez apprécier le voyage et la ville en elle-même. Le centre par exemple, desservi par le magnifique pont Nelson Mandela, vaut le détour, d’abord pour admirer quelques beaux bâtiments Arts Déco des années 30 ainsi que des gratte-ciel de verre et d’acier, construits dès les années 70. Mais aussi ensuite pour profiter de musées, galeries et théâtres, preuves d’une volonté politique qui veut réinvestir le centre-ville et lui donner un souffle de vie culturel et artistique.

Que faire à Johannesburg?

Soyons clairs, la ville plaira principalement aux férus des arts, aux dingues de shopping et aux nocturnes agités. Voici donc une sélection sur que faire à Johannesburg!

  • Pour les férus des arts, plus de 40 galeries d’art contemporain sont à découvrir, de nombreux théâtres ont des programmations de qualité, avec des créations de compagnies locales ou des shows internationaux. Les « théâtreux » iront plutôt au Market Théâtre dans le quartier central de Newton et les danseurs au Joburg Théâtre. Côté musée, l’Origins Center vous renseignera sur les ancêtres sud-africains à commencer par les Bushmen. Le Golf Reef City vous plongera dans la reconstitution d’un village de pionniers, avec l’option de vous faire descendre pour voir la mine à … 226m de profondeur ! Quant au musée de l’Apartheid, il est vraiment à faire. Selon que l’on reçoive arbitrairement dès l’entrée un ticket « blanc » ou « noir », notre parcours sera différent tout au long du musée. Sobre et violent, il apprend l’étendue des dégâts que peut engendrer une ségrégation légitimée, légalisée et institutionnalisée. S’il n’y a qu’une chose à faire à «Jo’burg», c’est ça !
  • Pour les dingues de shopping (dont font partie beaucoup de sud-africains), les centres commerciaux sont partout, à presque chaque coin de rue. Il n’y a pas énormément de magasins directement accessibles de la rue comme dans notre culture latine, d’abord car le sud-africain aime les zones protégées – logements, écoles, jardins mais aussi magasins – et ensuite car ce qui est accessible à « tous » permettrait peut-être un peu trop de «mélange», notion encore floue pour les sud-africains, même si cela progresse, particulièrement à Johannesburg qui est clairement la ville la plus mixte du pays. Les centres commerciaux comme Rosebank Mall, Village Walk, Mandela Square, Melrose Arch ou bien d’autres ont donc fleuri et sont surveillés, organisés, aseptisés, «vidéo-branchés». Une fois dedans, la flânerie entre les chaussures et les rouges à lèvres est tout à fait permise! Si vous allez à Sandton et que vous aimez les bijoux, allez chez Schwartz, diamantifère depuis trois générations, pour assister à la taille de diamants.
  • Pour les escapades nocturnes, le choix est vaste : les bars branchés de Melrose Arch, les cafés «live music» un brin «hippie-bobo» de Melville, les boites de nuits chics de Sandton… Pour les amoureux du jazz, venez écouter la programmation d’une institution à Jo’burg, le «Bassline Café».

Aidez-vous du site internet http://www.whatson.co.za/ qui donne des idées et des détails sur les divertissements possibles à Johannesburg.

Pour ceux qui ont vraiment besoin de nature, rendez-vous sur la route du nord direction le « Pilanesberg National Park» pour un safari, à 2h de route (4h pour le Kruger park). Les locaux s’y évadent le week-end. Dépaysement garanti, on est de nouveau dans les paysages de sables et de buissons, des étendues vierges et des grosses bêtes à poils.

Hébergement à Johannesburg

Maintenant que vous savez que faire à Johannesburg, il faudra vous y loger.

Le choix de l’hébergement est vaste et il y en a pour tous les budgets. Les «Backpackers», nos auberges de jeunesse, n’accueillent pas que les jeunes et sont souvent une option alliant économies et rencontres internationales. Les maisons d’hôtes sont très nombreuses et permettent vraiment une rencontre avec l’habitant tout en ayant une indépendance et une prestation souvent de qualité. Il existe aussi des établissements luxueux

Peu de choses se font à pied à Johannesburg, mis à part dans un même pâté de maisons et une voiture de location vous fera gagner du temps et découvrir plus de choses.

Pour un voyage d’affaires, préférez Sandton, pour un voyage plus décontracté, Melville ou Rosebank.

soweto joburg

Pour une immersion dans l’Afrique du sud «africaine», vous pouvez aller à Soweto. Là aussi, il serait faux de dire que l’insécurité n’existe pas mais il est tout aussi faux de dire que c’est un coupe gorge. La vie se passe et se développe, les choses ont changé et vous seriez surpris de la simplicité et l’authenticité de l’accueil : votre présence n’amènera pas de regard de travers mais plutôt de la joie de savoir que les choses sont en marche.

Ne vous arrêtez pas aux premiers avis sur Johannesburg, souvent négatifs. Cette ville avance au carburant des créations, dans tous les domaines, autant pour exprimer des mémoires meurtries que pour créer un avenir éclatant. Avec un peu de curiosité, votre séjour à Jo’burg sera une vraie expérience.

Alors, êtes vous prêts pour visiter Johannesburg? N’hésitez plus à l’intégrer à votre autotour en Afrique du Sud et cliquez ici pour une demande de devis.

devis afrique du sud

Facebook Comments

POST A COMMENT.

CommentLuv badge